JPO #5 : L’Illustration – Des artistes discrets, des identités fortes, des explosions de couleurs

A l’étage dédié à l’Illustration, je suis frappée par l’ambiance de calme et de concentration qui règne dans les  différentes salles. Un seul dessin d’illustrateur révèle souvent un fort caractère, un univers, des émotions, des couleurs, du mouvement, sans l’appui de bulles de dialogues et autres outils utilisés en Bande dessinée.
L’apanage de personnalités réservées en apparence mais très affirmées dans leur esthétique.

Steeven Labau et Kotimi : des artistes complets


En dédicace, Steeven Labau  illustre bien cette force tranquille : une voix calme et douce, un sourire assuré, et devant lui des ouvrages pleins de vie et de couleurs.
Manifestement aussi à l’aise en BD Manga qu’en Illustration Jeunesse, c’est son personnage de Tita qui capte le plus mon attention de rédactrice, maman par ailleurs.
Cette petite tahitienne intrépide évoque l’essence de l’Enfance et la Nature, des thèmes aussi beaux qu’inspirants.

Steeven me parle de son passage à l’Ecole Jean Trubert, il y a quelques années. Particulièrement doué en dessin, les cours lui ont ouvert l’esprit et permis de s’exercer sur différents styles, de la BD à l’illustration. Il a pu découvrir ou améliorer ses techniques d’encrage en couleur et au pinceau. « Je me suis senti libre, mais accompagné ». L’Ecole l’a aidé à développer son potentiel sans le restreindre.

Kotimi, artiste-illustratrice d’origine japonaise au dessin très expressif a travaillé sur plusieurs ouvrages destinés à toutes les catégories d’âge… Preuves de sa capacité à s’adapter à ses petits lecteurs. Je craque pour les aventures de son personnage Bim-Bim. Dans ces histoires destinées aux tout petits, le dessin de Kotimi fait bien plus qu’habiller le texte mais l’enrichit de mille détails et d’une énergie folle… Comme Steeven, elle a intégré l’Ecole pour acquérir les techniques propres à l’illustration, de la gravure au numérique.
Son style reconnaissable entre tous lui a permis de concourir et remporter le prix de l’Excellence à la Foire du livre de jeunesse de Bologne.

Les élèves au travail : calmes et concentrées

Les élèves de la section Illustration me mettent dans une position délicate car leurs travaux en cours nécessitent une attention pleine et entière.

Application de la gouache, travail de la couleur ou dessin d’observation ne sont pas propices aux interruptions. Elles prennent toutefois le temps d’échanger sur leurs ressentis à l’Ecole.

Comme leurs aînés rencontrés en dédicace, elles ont l’œil aussi pétillant que leur attitude est calme en apparence. Ce qu’elles apprécient le plus ? La qualité des professeurs, tous professionnels et enclins à transmettre leur expérience en plus des enseignements techniques.
L’apprentissage du numérique dès la première année leur permet d’être capables de produire tous types de rendus en fin de cursus. Le collectif d’anciens élèves Toto Moko enfin, ouvre sur un « après » positif et rassurant.

En savoir plus sur le métier d’illustrateur – Entretien avec Lucile Limont

Lire la suite…


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *