JPO #4 : Le Collectif Toto Moko – L’entraide et le travail collectif post-diplôme

En poursuivant mon parcours vers le dernier étage consacré à l’Illustration, je m’arrête sur le stand du collectif d’artistes Toto Moko , l’association d’ anciens élèves de l’Ecole Jean Trubert.
Souvent évoquée lors de mes différents échanges, Toto Moko est là pour servir de tremplin aux étudiants diplômés de l’Ecole.


Christine Hautin Royer est illustratrice et représente le collectif en cette journée spéciale : « Toto Moko permet d’abord de sortir de la solitude, une réalité que connaissent tous les artistes qui démarrent. Le collectif offre des opportunités de réaliser des expositions, de dessiner ensemble, de répondre à des commandes officielles et d’explorer de nouvelles techniques, comme le virtuel et la réalité augmentée. »


Entraide, conseils techniques, juridiques, professionnels, le collectif crée l’émulation et renforce les identités artistiques. Mais il permet également de s’ouvrir aux autres, et de travailler sur un même projet en utilisant les compétences et styles de chacun, en s’adaptant si nécessaire.
Sur le mur du stand sont affichées quelques photos d’artistes du collectif comme celle d’Alexandre Ilic lorsqu’il a reçu 1er Prix des jeunes Talents de la BD.
Alexandre a travaillé sur de nombreuses commandes au sein de Toto Moko. C’est également le cas de Teddy Bellino qui se joint à nous pour me montrer un extrait de son album de 46 pages  Aux origines des Côtes de Bourg.
Une fois lancés, la plupart des artistes laissent naturellement la place à la génération suivante et quittent le collectif.

Pour ceux qui sortent de l’Ecole, c’est l’occasion d’une transition plus douce et constructive vers le métier d’artiste indépendant.

Lire la suite…